Travel

J2: le drain est-il perméable ?

Châtenoy, Val de Loire, France. Le 30 juillet 2018.

Voilà 2 jours que j’ai quitté la Suisse pour atteindre la Bretagne avec Marius. Et déjà le stress qui me rattrape. Il est partout: sur la route, parmi les vacanciers, dans ma tête quand je me concentre sur la bretelle d’autoroute à ne pas louper. Heureusement, je peux désormais le laisser filer sans trop m’en soucier. Quel luxe de ne pas avoir à redouter chaque seconde qui s’écoule comme un chronomètre martelant « TIC-TAC » avant, pendant et après chaque soin. Ma diminution progressive de pourcentage de travail n’aura pas suffi à me détendre suffisamment avant d’entamer cette aventure. Le drain sera donc nécessaire durant un premier temps, afin de garantir la guérison complète de la plaie. J’aspire à une cicatrice discrète et néanmoins éternelle en moi, marquant ma courte mais riche expérience d’infirmière.

Si vous comptez sur moi pour assurer un rendement efficace à ce site, passez votre chemin. Ce projet suivra mon rythme de voyage et voguera au gré de mes rencontres et de mes envies. Il m’était devenu impossible de cliquer sur « pause », face à un rythme de vie sans doute aussi frénétique que le vôtre. L’idée de pouvoir construire un projet à l’allure d’un délicat voilier plutôt qu’un paquebot imposant est tout simplement exquise. J’ai conscience de la préciosité de cette épopée à venir et compte bien narguer chaque « TIC-TAC » qui tenterait de me raisonner.

Je suis déjà positivement étonnée du soutien reçu auprès de mes proches, que je conçois comme l’essence alimentant mon moteur bien rodé. Je ne peux que me réjouir des rencontres que ce projet m’apportera durant les semaines à venir.

Allez, souquez les artimuses, c’est parti !